Les auto-entrepreneurs qui démarrent leur activité n'ont pas à proratiser leur chiffre d'affaires

Rép. Carayon (AN 6 juillet 2010 p. 7568 n° 78341)              Texte de la Question :

M. Bernard Carayon attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation sur le statut d'auto-entrepreneur, notamment dans le secteur tertiaire. En effet, dans ce domaine, de nombreux auto-entrepreneurs se voient approchés par l'Urssaf qui les incite à changer de statut, en raison des honoraires déclarés lors de leur première année d'exercice. Le ministère a fixé un plafond annuel élevé à 32 000 euros de chiffre d'affaires, mais l'administration proratise en fonction de la date de création de l'activité. En conséquences, l'administration divise les revenus déclarés par le nombre de mois d'activité puis les multiplie par 12, afin de se projeter sur un an. C'est pourquoi certaines personnes ayant opté pour ce statut se retrouvent dans une situation délicate durant la première année de leur exercice. Il lui demande de bien vouloir lui indiquer les éventuelles mesures envisagées par le Gouvernement afin de remédier à cette situation.

Texte de la Réponse :

Le régime de l'auto-entrepreneur est applicable aux personnes relevant de la franchise en base en TVA et du régime des micro-entreprises en impôts directs défini aux articles 50-0 et 102 ter du CGI. En conséquence, l'année de la création, leur chiffre d'affaires ne devait pas excéder, en 2009, 80 000 EUR pour une activité de vente (80 300 euros en 2010) ou 32 000 euros pour une activité de prestation de services (32 100 euros en 2010), ces seuils étant « ajustés », s'il y a lieu, au prorata du temps d'exploitation au cours de l'année civile. La règle du prorata temporis s'applique pour l'année de création de l'activité et l'année de cessation. Pour l'année de création, le niveau d'activité annuel de l'entreprise s'apprécie en divisant son chiffre d'affaires de l'année par le nombre de jours d'activité, ce chiffre d'affaires per diem étant ensuite multiplié par 365. L'année de création, le franchissement des limites ordinaires de chiffre d'affaires du fait de l'application du prorata temporis a pour conséquence l'impossibilité d'accéder au régime fiscal de la micro-entreprise et par extension au régime de l'auto-entreprise. C'est pourquoi les auto-entrepreneurs qui avaient dépassé les limites en cause dès l'année de leur création se sont vu refuser le bénéfice du régime. Afin de tenir compte des difficultés rencontrées par les auto-entrepreneurs, une mesure de tolérance va être mise en oeuvre afin de pouvoir procéder à la réintégration dans le régime de l'auto-entrepreneur des personnes exclues par application de la règle du prorata temporis. La règle du prorata ne sera pas appliquée au titre de l'année 2009 dès lors que le chiffre d'affaires réel de l'année non proratisé ne dépasse pas les seuils de 80 000 euros ou 32 000 euros selon les activités. Cette réintégration se fera sans aucune démarche particulière de la part des auto-entrepreneurs. Pour l'avenir, afin de sécuriser l'ensemble des auto-entrepreneurs qui démarrent leur activité, le Gouvernement est favorable à la suppression de cette règle du prorata temporis et soumettra prochainement au vote du Parlement une modification législative en ce sens.